Notre contact center est actuellement saturé d’appels. Par conséquent, le temps d’attente peut être plus long qu’habituellement.
Nous nous excusons pour ce désagrément. Une réponse à de nombreuses questions est disponible ici. Merci pour votre compréhension.

Brabant Wallon

Choix de région

Surmortalité liée à l’épidémie de Coronavirus : Les décès en maison de repos représentent près de 2/3 de la surmortalité

Solidaris s’est penché sur un certain nombre de dimensions peu abordées à ce jour : le statut socio-économique, de l’état de santé préalable ou encore le degré d'urbanisation du lieu de résidence ont été mis en relation avec les observations de surmortalité. Les groupes vulnérables (les personnes âgées, les personnes fragilisées socio-écon​omiquement et les patients diabétiques) ont été plus durement touchés durant la crise sanitaire. C’est ce qui ressort clairement d'une analyse que Solidaris a mené sur la surmortalité durant le confinement. Explications. 

L'épidémie de coronavirus a fortement sévi en Belgique : durant la période allant de début mars à début juin 2020, on a recensé 9.000 décès de plus (+40%) que ce qui s’observe en moyenne entre 2015 et 2019 sur la même période. Un certain nombre de chiffres ont déjà été publiés sur la surmortalité liée à la COVID-19 en Belgique, mais ils ne vont pas beaucoup plus loin qu'une ventilation par âge, sexe et région. La différence de surmortalité entre personnes vivant à domicile et les résidents de maison de repos a également été analysée, notamment en tenant compte de la taille de l’établissement. 

  • Une surmortalité accrue chez les personnes fragilisées
L'analyse confirme les observations de surmortalité durant le confinement. Entre le 16 mars et le 10 mai 2020, 7.296 affiliés de la Mutualité Solidaris sont décédés. C'est 56% de plus que le nombre moyen de décès au cours de la même période lors des années 2015 à 2019. C’est parmi les personnes les plus âgées (85 ans ou plus) que l’on observe la surmortalité la plus importante (mortalité 78 % plus élevée que la moyenne observée pour la même période entre 2015 et 2019).

On observe une surmortalité particulièrement élevée parmi les résidents des maisons de repos (95%). L'impact était bien moindre pour les personnes vivant à domicile (28%). Les décès en maison de repos représentent près de deux tiers de la surmortalité. Le nombre de décès y était presque deux fois plus élevé que la normale. Ceci alors que les personnes âgées à domicile ont été beaucoup moins touchées.
Lorsque l’on se penche sur l’état de santé préalable, on observe que les patients diabétiques paraissent être légèrement plus vulnérables, un lien que nous n'avons pas trouvé pour la BPCO (bronchite chronique), l'asthme ou les patients cardiaques.

Enfin, il est interpelant de constater que la Covid-19 a frappé beaucoup plus lourdement les personnes fragilisées socio-économiquement. Leur surmortalité relative est de 70% contre 45% pour les personnes sans intervention majorée. « Ce constat réaffirme la nécessité de porter une attention particulière à ces publics dont la santé est fragilisée, d’une part par leur situation socio-économique et d’autre part par les conséquences plus marquées de la crise sanitaire » déclare Jean Pascal Labille, secrétaire général de Solidaris. La mutualité est par ailleurs satisfaite que cette préoccupation soit prise en compte par le plan stratégique interfédéral du récent accord de gouvernement qui prévoit la mise en place de politiques sur mesure pour les groupes de population les plus fragiles.

  • Des différences géographiques
La Covid-19 a fortement impacté Bruxelles (122% de surmortalité), suivie de la Wallonie (59%) et de la Flandre (45%). Au niveau sous régional, des différences sont aussi fortement marquées, on constate une plus faible surmortalité pour les provinces de Flandre occidentale et orientale (34%) et dans la province d’Anvers (37%), à l’opposé, ce sont les provinces du Limbourg (76%), de Namur et de Liège (toutes les deux à 66%) qui enregistrent les taux de surmortalité relative les plus hauts. 

Toujours au niveau des différences géographiques, nous observons une relation entre le niveau de densité de la population et les taux de surmortalité pour les personnes résidant à domicile. La surmortalité est la plus élevée dans les zones les plus densément peuplées (33%), légèrement moins dans les petites villes et les communes suburbaines (28%) et la plus faible dans les communes à faible densité de population (22%). 

Pour Solidaris, ces différences de surmortalité observées réaffirment le besoin d’une prise en compte des spécificités locales dans la gestion de la crise. Pour être cohérente et compréhensible la réponse face à la crise sanitaire doit se baser sur un socle national, mais doit être complétée par des mesures plus locales, provinciales voire communales, pour répondre aux mieux à la réalité sanitaire perçue sur le terrain. 

Découvrez le rapport dans son intégralité en cliquant ici​
POUR PLUS D'INFORMATIONS :
Bruno Deblander - Directeur communication Solidaris, bruno.deblander@solidaris.be - 0475 80 21 28 
Simon Vandamme - Attaché de presse Solidaris, simon.vandamme@solidaris.be​ - 0479 66 03 23 Tous les communiqués de presse de Solidaris sont accessibles en cliquant ici
Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram​