Notre contact center est actuellement saturé d’appels. Par conséquent, le temps d’attente peut être plus long qu’habituellement.
Nous nous excusons pour ce désagrément. Une réponse à de nombreuses questions est disponible ici. Merci pour votre compréhension.

Centre, Charleroi et Soignies

Choix de région

​Grippe : qui doit se faire vacciner et quand ?

Pour éviter la surcharge des hôpitaux en pleine crise Covid



Dans un contexte Covid toujours difficile, le vaccin contre la grippe est, plus que jamais, d’actualité. Qui peut se faire vacciner, quand faut-il le faire et aurez-vous un vaccin ? On vous dit tout… 

« Cette année, plus que jamais, la grippe saisonnière est au cœur des débats. Il est en effet crucial de vacciner le plus largement possible les personnes à risque afin d’éviter de surcharger le système de soins de santé. L’idée étant de maintenir le taux d’occupation des hôpitaux le plus bas que possible, étant donné le risque possible que la saison grippale coïncide avec un pic de Covid-19 », explique Bruno Deblander, directeur de la communication chez Solidaris.

Étant donné l’ampleur de la tâche, des groupes-cibles « prioritaires » ont été établis. Ces groupes prioritaires pour la vaccination 2020-2021 sont divisés en 3 groupes. Le premier groupe, ce sont les personnes à risques de complications comme les femmes enceintes (quel que soit le stade de grossesse), tout patient à partir de l’âge de 6 mois présentant une affection chronique sous-jacente, même stabilisée, d’origine pulmonaire (incluant l’asthme sévère), cardiaque (excepté l’hypertension), hépatique, rénale, métabolique (incluant le diabète), neuromusculaire ou des troubles immunitaires (naturels ou induits) ou un BMI supérieur à 35. Sont aussi dans ce groupe toute personne de 65 ans et plus, les personnes séjournant en institution et les enfants de 6 mois à 18 ans compris sous thérapie à l’aspirine au long cours. Dans le groupe 2, on retrouve le personnel du secteur de la santé et dans le groupe 3, les personnes vivant sous le même toit que des personnes à risque du groupe 1 comme des enfants de moins de 6 mois et des personnes âgées entre 50 et 65 ans.

  • Deux changements

« Cette année, il y a 2 changements très importants qui seront appliqués pour la première fois. Le premier changement, c’est que la vaccination va se faire en 2 phases. Depuis le 15 septembre et jusqu’au 15 novembre, les vaccins seront délivrés uniquement aux groupes cibles définis par le Conseil Supérieur de la Santé. Il s’agit des personnes prioritaires. Ensuite, à partir du 15 novembre et en fonction de la disponibilité des vaccins après la vaccination prioritaire des groupes cibles précédents, la délivrance du vaccin pourra être élargie au reste de la population », poursuit Bruno Deblander. L’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé suivra de près la situation et continuera à le faire pendant toute la période de vaccination.

Autre nouveauté, cette année, il ne sera plus nécessaire de passer chez le médecin pour avoir la prescription pour le vaccin. Uniquement pour ce vaccin, le pharmacien sera autorisé à vendre le vaccin aux patients du groupe des plus de 50 ans et à appliquer le remboursement. Pour rappel, pour les autres patients, comme pour tous les médicaments, le médecin pourra prescrire le vaccin dans le cadre d’une consultation téléphonique. Pas besoin donc de se rendre à son cabinet.

Le vaccin sera ensuite administré comme d’habitude par le médecin ou un(e) infirmièr(e). Notons que, comme chaque année, le vaccin contre la grippe n’est remboursé que pour les groupes-cibles dits «prioritaires». Le vaccin coûte alors 4,08€ (ou 2,45€ pour les patients bénéficiaires de l’intervention majorée). Les autres patients paient le prix plein (16,46€).

  • Attention : délivrance ne veut pas dire administration

Le fait de délivrer le vaccin dès mi-septembre aux groupes cibles n’implique pas de l’administrer aussi tôt. Le Conseil Supérieur de la Santé recommande de le faire préférentiellement de mi-octobre à mi-décembre mais toujours selon le calendrier recommandé.

L’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé préconise que tous les acteurs du secteur (pharmaciens, médecins…) jouent le jeu et respectent le phasage demandé. Notons que la distribution aux pharmacies est aussi phasée selon la demande des pharmaciens (suivant la délivrance phasée), afin qu’ils commandent et fournissent d’abord les vaccins destinés aux groupes cibles et, à partir du 15 novembre 2020, ceux destinés aux autres patients.


Laurence Briquet - SudPresse - 10/10/2020