Centre, Charleroi et Soignies

Choix de région

​Michel Jadot : « Préservons l’Etat social »

Pour la mutualité Solidaris, le bilan de trente ans de néolibéralisme est tout simplement catastrophique : surexploitation des ressources naturelles, prédation financière de l’économie, explosion des inégalités, migrations de populations fuyant la guerre ou la misère, conflits identitaires, dé-démocratisation ou encore montée du populisme.


« Depuis quelques années, particulièrement lors de cette dernière législature, on assiste en effet à un détricotage systématique de notre régime de sécurité sociale », explique Michel Jadot, président de la mutualité Solidaris qui organisait ses Assises, ces jeudi et vendredi à Namur.

« Dans le domaine des pensions, par exemple, un âge de la retraite fixé arbitrairement à 66 et puis 67 ans, sans prise en compte de conditions de pénibilité, un âge pour la pension anticipée progressivement relevé (actuellement 63 ans avec 42 années de carrière, donc pratiquement inaccessible notamment pour les femmes), la suppression du bonus pension, les restrictions en matière d’accès à la prépension et au crédit-temps… Dans le domaine des soins de santé, une norme de croissance insuffisante avec, pour conséquence, des économies de plus de 2 milliards sous cette législature et des cadeaux injustifiés à l’industrie pharmaceutique (+ de 500 millions) », ajoute-t-il.

Une sécurité sociale qui glisse

« En bref, c’est une sécurité sociale qui glisse lentement mais sûrement vers l’assistance, un droit du travail remis en cause au nom de la flexibilité, avec une responsabilisation des assurés sociaux considérés comme des fraudeurs et des paresseux, un taux de pauvreté en croissance constante, une progression des inégalités sociales à tous les étages de la pyramide sociale, une concertation sociale en panne, c’est-à-dire une démocratie complètement enrayée », note encore le président de Solidaris.

Face à ce constat, la mutualité a décidé de miser sur une réactivation de l’État Social dans une perspective d’égalité sociale et de soutenabilité écologique. Comment ? En participant à la rédaction d’un « Manifeste pour un nouveau pacte social et écologique : quel Etat social pour le XXIe siècle ? », un document d’une cinquantaine de pages largement débattu ces deux derniers jours à Namur.

« L’État Social n’est pas le problème mais la solution aux défis qui sont devant nous. Nous avons besoin d’un nouveau Pacte social mais aussi écologique pour le XXIe siècle, comme nos sociétés ont eu besoin d’un Pacte social au sortir de la Deuxième Guerre mondiale pour se reconstruire après l’épreuve de la guerre et du fascisme », poursuit Michel Jadot. Pour rappel, le Pacte social tel que nous le connaissons est le fruit d’une longue histoire qui remonte au tournant des XIX et XXe siècles. Il repose sur trois piliers : des services publics forts, la sécurité sociale et un droit au travail attachant à l’emploi des statuts qui garantissent aux travailleurs une protection. Pour la mutualité, le Pacte actuel scelle l’accord de tous autour de principes fondamentaux que sont la justice, la dignité et l’émancipation.

Impératif politique et moral

« Ce sont ces conditions élémentaires de toute société qui sont aujourd’hui menacées. Elles doivent être restaurées à travers un nouveau Pacte social et écologique. C’est un impératif politique et moral mais aussi l’intérêt bien compris de chacun, si nous ne voulons pas, tout simplement, que la société devienne invivable, gangrenée par la violence. Mais nous disons aussi que les contours d’un tel Pacte ne seront possibles à l’avenir que si les institutions existantes de l’État Social sont préservées », poursuit encore le président qui plaide, sur le plan social, pour une « démarchandisation de toutes les activités et ressources qui permettent une vie digne ».

Et d’ajouter que ce Pacte doit aussi avoir une dimension écologique. « La question climatique a pris, ces dernières années, une extension. Il y a une prise de conscience énorme mais il ne faut pas que cette transition climatique se fasse au détriment des plus précarisés. »

Pour l’heure, ce Manifeste, initié par une trentaine de personnalités et d’experts (avocat, profs d’universités…) a déjà recueilli plus de 1.700 signatures.

Laurence BRIQUET - Sud Presse - 11/05/2019

Plus d’informations sur ce Manifeste à l’adresse : www.pactesocialecologie.org.

Poursuivez le débat

Si vous souhaitez poursuivre le débat, la mutualité organise le colloque Solidaris, ce mercredi 15 mai à Namur. Il aura lieu au centre de formation Solidaris, à Namur (182, chaussée de Waterloo, 5002 Saint-Servais), de 12h15 à 16h30, pour une après-midi d’échanges entre les citoyens et des experts, économistes, sociologues et travailleurs de terrain. Au programme, 4 débats principaux : les inégalités de santé, l’accès au logement, la lutte contre les paradis fiscaux et l’augmentation de la pauvreté et le maintien du pouvoir d’achat.

Évènement gratuit mais inscription obligatoire. Toutes les infos : www.institut-solidaris.be