Des courriers de retard de paiement de cotisations ont été envoyés à des personnes non-affiliées. Une erreur liée à un bug informatique. Solidaris présente ses excuses aux personnes concernées et les invite à ne donner aucune suite au courrier reçu. Plus d’infos

Centre, Charleroi et Soignies

Choix de région

À l’heure du Sommet social de Porto, Solidaris salue les avancées vers une Europe plus sociale.

​Solidaris tient à saluer la présentation du Plan d’action pour la mise en œuvre du Socle européen des droits et y voit une étape importante qui permet enfin de passer des discours et principes aux actions.

Le « Sommet social de Porto » de ce vendredi 7 mai 2021, est porteur d’espoir ; il s’inscrit dans un cadre plus large, le Conseil européen informel du 8 mai 2021 où les Chefs d’État et de Gouvernement se sont positionnés par rapport à la déclaration adoptée la veille et l’inauguration officielle de la Conférence sur l’avenir de l’Europe ouvrant la voie à une renaissance de l’idéal européen.

« En 2017, nous avons eu Göteborg, en 2021, nous avons Porto… Notre Mutualité a suivi l’ensemble du processus. L’engouement de la société civile est plus que jamais présent. Ces derniers jours, nous avons pris part à de multiples échanges. Nous nous sommes beaucoup investis en vue de ce moment charnière qui doit être suivi au-delà d’une ‘Déclaration’ » explique Jean-Pascal Labille, Secrétaire général de  Solidaris, Union Nationale des Mutualités socialistes « L’important est de parvenir à une stratégie globale, effective et chiffrée, pour l’Europe ».

« Nous le réaffirmons d’ailleurs », poursuit Jean-Pascal Labille. « Avec cette conférence, nous devons entrer dans une nouvelle ère politique à l’échelle européenne et ouvrir la perspective d’un véritable pacte social et écologique faisant du droit à la santé une priorité. ».

« Pour l’instant, nous sommes dans la continuité » précise Alain Coheur, Directeur des Affaires européennes et internationales de Solidaris. A l’horizon 2030, l’Union européenne se donne trois objectifs : au moins 78% de la population âgée de 20 à 64 ans en emploi ; au moins 60% des adultes participant à des activités de formation chaque année  et enfin 15 millions de personnes à risque de pauvreté ou d’exclusion sociale en moins. Ces chiffres témoignent d’une vraie avancée, même s’ils auraient pu être lus ambitieux.

Sur les outils à mettre en œuvre, les propositions relatives à l’Europe sociale évoquent souvent d’une  législation plus contraignante tandis que les réalisations passent beaucoup par de la recommandation entraînante. Un exemple ? « L’ « Union de l'égalité est une stratégie relative aux droits des personnes handicapées 2021-2030 » » qui demeure au stade général alors que des initiatives sont déjà déclinées dans le programme de travail de la Commission européenne. » indique François Perl, Directeur du Pôle Acteur Social et Citoyen. 

Les européens interrogés à deux reprises  dans le cadre des Eurobaromètres sur l’avenir de l’Europe, mettent très nettement en avant les sujets « sociaux », le niveau de vie, de solidarité entre les États-membres et de politique commune en santé. Quant aux sujets les plus importants pour l’avenir de l’Europe, parmi les sujets sociaux, les répondants mettent en avant la santé, la protection sociale et les retraites. Le modèle social européen, comme moteur de convergence ascendante, est plébiscité.

Empreints de ces constats, Solidaris tient à témoigner de tout son soutien à la société civile organisée au niveau européen et s’inscrit pleinement dans les résolutions adoptées par le Comité Économique et Social Européen (CESE). 

Solidaris rejoint également le  CESE sur le fait que  « le sommet social de Porto du 7 mai 2021 offre à l’Union européenne une occasion unique de véritablement placer les citoyens au cœur du projet européen et de démontrer que l’Union et ses États membres agissent de concert avec eux, pour leur bien-être, en ne laissant personne de côté.  C’est un premier jalon de la construction d’un avenir durable pour l’Europe ».

Et les points de vue de se rejoindre également pour affirmer que « l’impact à moyen et à long terme de la crise de la COVID-19 sur les systèmes de santé européens n’est pas suffisamment pris en compte dans le socle européen des droits sociaux. La pandémie a clairement montré que la santé peut avoir une incidence directe sur la stabilité économique et sociale, même au sein de l’UE. » Dans le cadre de la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux, les États membres doivent donc investir davantage et de manière durable dans la réalisation du droit à la santé, ainsi que dans l’amélioration des conditions de vie et renforcer la coordination en matière de santé publique au sein des États membres et entre eux. 

Avec son partenaire français VYV, Solidaris a maintes fois mis en lumière que le temps d’une Union européenne de la santé est venu. « C’est uniquement par l’avènement d’une telle Europe que nous pourrons lutter contre les inégalités sociales, avancer vers un écosystème vertueux d’ « Une Seule Santé » et parvenir à une santé, bien commun universel, avec des indicateurs contraignants », conclut Jean-Pascal Labille.

Et donc Solidaris lance un nouvel appel aux dirigeants de l’Union européenne. 
« Faites preuve d’un engagement politique sans faille, dans l’unité et la solidarité. Nous comptons sur vous. Vous êtes les acteurs de l’Union sociale et de la santé du XXIe siècle ».