Solidaris estime important de vous rappeler que, même en période de crise, nous ne vous demandons jamais d’information financière par téléphone. Ne communiquez donc jamais votre code bancaire à un tiers.

Pro Santé

Cancer de l’œsophage et du pancréas : nécessité d'une concentration des compétences dans certains hôpitaux (30/09/2014)

Les chances de survie après une intervention chirurgicale dans le cadre du traitement d’un cancer de l’œsophage ou du pancréas sont considérablement plus élevées dans les hôpitaux qui les pratiquent régulièrement. Pourtant, seul un patient sur trois s’adresse à ces hôpitaux, selon les données de l’agence intermutualiste (AIM). Découvrez les chiffres par hôpitaux.

Chaque année en Belgique, le cancer du pancréas est diagnostiqué chez plus de 1.500 patients, pour 1.000 atteints d’un cancer de l’œsophage.
 
Des chances de survie accrue
Ces cancers sont difficiles à soigner, avec un taux de survie limité au-delà de 5 ans. Les chances de survie au-delà de 5 ans suite à une intervention chirurgicale sont considérablement plus élevées dans les hôpitaux qui pratiquent au moins 20 opérations par an. C’est ce qui ressort de différentes études du Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE).
 
Pourtant, selon le dernier rapport de l’Agence intermutualiste (AIM), seul un patient sur trois s’adresse à ces hôpitaux. L’AIM plaide dès lors pour une concentration des compétences en matière d’affections rares et complexes. Les hôpitaux qui réalisent actuellement entre 6 et 19 interventions par an pourraient atteindre le minimum de 20 interventions si les hôpitaux avec moins de 6 interventions leur envoyaient leurs patients. De la sorte, le nombre d’hôpitaux atteignant le seuil des 20 interventions serait plus élevé et une prise en charge des soins hautement qualitative serait dès lors possible à une distance acceptable du domicile du patient. L’AIM souligne que certains hôpitaux renvoient déjà leurs patients vers d’autres centres pour les opérations complexes de pathologies rares. Ainsi, 24 hôpitaux ne pratiquent aucune opération contre le cancer du pancréas et transfèrent leurs patients vers d’autres hôpitaux.
 
Publication des chiffres des hôpitaux
L’AIM souhaite informer les patients et les médecins référents en publiant - sur les sites internet respectifs des mutualités et de l’AIM - les données des hôpitaux pour l’ensemble du pays.
Avec cette publication, l’AIM invite tous les acteurs concernés à viser la qualité invoquée par le KCE et par les recommandations internationales pour ces interventions délicates et spécialisées. Il s’agit de tout mettre en œuvre pour parvenir à une organisation optimale des soins : de bons accords sur les transferts et les renvois de patients assureront à chaque hôpital un rôle dans la prise en charge de leurs soins, selon le modèle du « shared care ».
Une concentration plus importante de ces interventions contribuera également à un meilleur cadastre des cancers et de meilleures études scientifiques. Les données ainsi collectées pourront faire l’objet d’une comparaison sur le plan international afin que seuls les centres qui atteignent (et maintiennent) les normes de qualité préétablies puissent à l’avenir encore pratiquer pareilles interventions.
 
Plus d’informations :
Données des hôpitaux
Présentation de l'étude