Solidaris estime important de vous rappeler que, même en période de crise, nous ne vous demandons jamais d’information financière par téléphone. Ne communiquez donc jamais votre code bancaire à un tiers.

Centre, Charleroi et Soignies

Choix de région

L'obesité

​D'un point de vue individuel, les besoins en énergie de chacun (calories) dépendent d'une série de facteurs tels que le sexe, l'âge, le poids, la taille, le tempérament, le  "métabolisme de base" et les activités physiques pratiquées.
Chaque personne est unique et a ses besoins propres. Aucune "recette standard" de définition des besoins n'existe et ne peut exister.

Besoins en calories

Pour donner un ordre de grandeur, les besoins en calories d'un homme sédentaire sont de 2.400 à 2.800 kilocalories (kcal) et de 3.200 à 5.500 kcal pour un travailleur de force. Une femme a besoin de quelque 2.000 à 2.400 kcal quand elle est sédentaire et de 3.000 à 3.500 si elle travaille physiquement. En lien avec la croissance, les besoins énergétiques sont bien entendu différents entre un nourrisson, un enfant de 10 ans, un adolescent (1.800 à 3.500 calories selon son âge), un adulte ou encore un senior de 80 ans.
A côté de ces besoins « en quantités », la répartition qualitative est également très importante : les besoins énergétiques doivent idéalement être couverts à 13 à 20 % par un apport de protéines, 30 à 35 % de lipides (graisses) et 45 à 55 % de glucides (sucres, avec préférence pour les glucides complexes). L'apport en vitamines et en sels minéraux est tout aussi important, sans oublier l'aliment le plus important : l'eau (le fameux litre et demi par jour !).

Qu’est-ce qui fait l’obésité ?

Les mécanismes créateurs d’obésité sont relativement bien connus : trop d’énergie ingérée et trop peu d’énergie dépensée !
A côté de cette balance énergétique en déséquilibre, de nouvelles voix s’élèvent aujourd’hui pour mettre en cause la pollution environnementale (plastics et POP notamment) qui agissent comme perturbateurs endocriniens en agissant sur le pancréas  dans l’épidémie galopante et mondiale d’obésité.

Il y a aussi le problème de l’offre alimentaire !

Il suffit de se promener aux alentours des écoles secondaires ou dans les quartiers urbains à forte densité de bureaux pour se rendre compte qu'est tout aussi élevée la densité énergétique de la plupart des produits qui y sont vendus ! Cet « environnement nutritionnel » a un impact sur le poids des consommateurs. Une étude faite sur 500.000 jeunes californiens a par exemple démontré le lien entre la présence d'un fast-food à proximité des écoles et le taux d'obésité (un rapprochement de 150 mètres correspond à une augmentation de plus de 5 % d'obésité !) et recommandé la création de zones « fast-food free » à proximité des établissements scolaires !

Et de la publicité pour enfants

Si on analyse les publicités télévisées pour enfants, il apparaît que les produits présentés dans les spots sont en proportion inverse des recommandations nutritionnelles.
Conséquence : les enfants « publivores » mangent plus gras et plus sucré. Les annonceurs et les médias (en plus des industriels) ont une responsabilité dans l’épidémie d’obésité.

Problème de poids ?

Si vous pensez avoir un problème de poids et que cela vous inquiète, vous pouvez en parler à votre médecin généraliste. Vous examinerez ensemble vos habitudes alimentaires, votre activité physique et vos conditions de vie (situation économique, familiale...).

Vous recevrez écoute et conseils adaptés à votre situation. Avec son aide et celle d’autres professionnels de la santé (diététicien, nutritionniste, psychologue, endocrinologue...) vous pourrez mettre en place peu à peu des solutions qui vous conviennent. Soyez patient avec vous-même, respectez vos rythmes et traitez-vous avec bienveillance !