Solidaris estime important de vous rappeler que, même en période de crise, nous ne vous demandons jamais d’information financière par téléphone. Ne communiquez donc jamais votre code bancaire à un tiers.

Mons - Wallonie Picarde

Choix de région

Médicaments et dépression

​La recherche scientifique a permis de nombreuses avancées dans la connaissance du cerveau.  Ces résultats ont débouché sur le développement de médicaments, dont les molécules sont capables d'agir sur le son fonctionnement. Mais sont-ils toujours utilisés à bon escient ?

Soigner son mal de vivre par le médicament ?

Ces médicaments, appelés "psychotropes", influencent nos humeurs et nos comportements. Ainsi, ils aident à soulager l'angoisse, le stress, la dépression, la souffrance et à équilibrer l'humeur. Ils diminuent les symptômes du mal-être ou des troubles psychiques et permettent ainsi souvent de retrouver de la force, de réintégrer une vie en société et de ne pas se couper du monde.

Toutefois, les médicaments ne changent ni le problème de fond, ni la situation sociale. Ils apportent une aide à la thérapie ou à la recherche de solutions, mais ils ne peuvent se substituer à elles. Ils agissent sur certains symptômes sans pour autant gommer les causes profondes des troubles psychiques.

Il existe plusieurs types de médicaments psychotropes :

  • les neuroleptiques qui sont des antipsychotiques ;
  • les amphétamines qui sont des stimulants ;
  • les antidépresseurs qui restaurent l'humeur ;
  • les anxiolytiques ou tranquillisants qui calment et diminuent l'angoisse.

Leur coût

Certains de ces médicaments sont remboursés en partie. Le coût varie en fonction du produit, de la posologie et de la durée du traitement. N'oublions pas aussi qu'il existe des médicaments génériques qui, sous un autre nom, contiennent la même molécule active que la spécialité de base pour le même effet thérapeutique. La différence ? C'est le prix.

Besoin ou influence ?

Le problème avec ces médicaments psychotropes, c'est qu'on a tendance à en abuser parce qu'ils sont faciles d'accès. Il faut dire que le lobby des firmes pharmaceutiques pousse la solution du médicament. La tentation est grande de médicaliser le mal-être, les aléas de la vie, etc. Or, le problème psychologique ne se résume pas à un problème chimique. Un travail psychique est aussi nécessaire. Il peut même dans certains cas être suffisant. 

Voir aussi