Pro Santé

L’OCDE souligne les conséquences du mal-être mental pour le monde du travail (05/03/2015)

Un rapport publié ce mercredi par l'Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE), intitulé "Bien-être mental, bien-être au travail" pointe l'importance d'investir dans la santé mentale pour le monde du travail.

L'OCDE a examiné la situation de neuf pays, dont la Belgique.

Entre un tiers et une moitié des longues indisponibilités au travail dans les pays de l'OCDE relèvent de la santé mentale. Cette dernière étude de l’OCDE, "Bien-être mental, bien-être au travail", souligne que des problèmes de santé mentale faibles ou modérés touchent environ 20% de la population active. Une personne sur deux souffrira au cours de son existence de tels soucis de santé.

Un impact important en termes d’absentéisme

69% des personnes souffrant de mal-être mental affirment avoir des problèmes de performance au travail, alors qu'elles ne sont que 26% parmi les personnes en bonne santé mentale à éprouver ces problèmes de performance. Cela a notamment pour conséquence qu’on observe des taux élevés d'absentéisme en raison de maladie, ce qui a un impact pour les employeurs et pour l'économie.

Ce rapport liste donc une série de propositions afin de mieux appréhender cette problématique. Et ce, depuis l'école jusqu'à la sphère politique.     

Des changements de politiques de gestion du problème de la santé mentale s'imposent

Selon l’OCDE, il est en effet essentiel d’agir d’une part, sur le moment où ces problèmes sont pris en charge, d’autre part sur la manière dont ils le sont et enfin sur les instances qui doivent interagir.

L'OCDE recommande une stratégie plus intégrée impliquant non seulement les spécialistes de la santé mentale mais aussi les enseignants, les médecins généralistes, les travailleurs sociaux, les services de mise à l'emploi, les employeurs et les politiques.

Selon l’étude, les responsables politiques doivent agir sans tarder, notamment en investissant plus dans l'évaluation des actions menées jusqu'ici. Car selon le rapport de l'OCDE, il est frappant de constater le fossé qui existe entre les besoins des populations en matière de santé mentale et les structures disponibles pour les prendre en charge.

Consulter l'étude "Bien-être mental, bien-être au travail"

Claire Huysegoms