Pro Santé

Les troubles psychologiques en forte hausse depuis 2008 (07/10/2014)

​Les résultats de la dernière enquête de santé, menée en 2013 auprès de 11.000 Belges, montrent une forte progression des troubles émotionnels - liée au contexte économique et au manque de perspectives - ainsi qu’une hausse considérable des maladies chroniques depuis 1997.
 
Selon la dernière enquête de santé nationale, menée en 2013 auprès de 11.000 personnes par l’Institut de Santé Publique, huit Belges sur dix se déclarent en bonne, voire en très bonne santé.
Mais, le rapport épingle une hausse des troubles dépressifs et anxieux, qui s’explique notamment par la crise de 2008, l’augmentation du chômage et le contexte ambiant incertain. Ainsi, 32% de la population éprouve des difficultés d’ordre psychologique (troubles du sommeil, état dépressif, état anxieux), soit 6 % de plus qu’en 2008.
 
Certaines maladies et affections chroniques ont fortement augmenté entre 1997 et 2013 : l’hypertension artérielle (passant de 10,9% à 16,5%), le diabète (de 2,7% à 5,3%), l’arthrose (de 12,1% à 16,7%) et les troubles thyroïdiens (de 3,1% à 5,8%). Par ailleurs, le pourcentage de personnes avec multimorbidité a augmenté, surtout chez les personnes âgées de 65 ans et plus : de 30,6% en 1997 à 36,1% en 2016.
 
Si les Belges vivent de plus en plus longtemps – en 50 ans, les Belges ont gagné dix ans d’espérance de vie – ils perdent leurs capacités fonctionnelles et ne sont pas toujours aidés. Ainsi, une personne âgée de 65 ans et plus sur six indique devoir rester à la maison, être en permanence dans un fauteuil ou rester au lit en raison de limitations fonctionnelles. Après 75 ans, plus de la moitié des personnes sont limitées pour s’occuper des tâches domestiques et l’exécution de leurs activités. Les auteurs du rapport plaident donc pour une politique de santé des aînés qui évolue et pour investir dans une aide professionnelle pour les personnes avec limitations ne bénéficiant pas d’aide.
 
De manière globale, il ressort qu’il est nécessaire d’inscrire la santé au cœur de toutes les politiques (éducation, emploi, logement, mobilité) car le rapport met en évidence des inégalités sociales persistantes en matière de santé et de bien-être.
 
 
Leila Maron
 
Un sujet qui avait été abordé dans les deux premiers Thermomètre Solidaris :
 
  • Le Thermomètre 1 "Le moral des Belges : après l'anxiété, une soif d'espoir" menée en juin 2012 avait mis en évidence un constat alarmant : un Belge francophone sur 10 déclarait ressentir souvent ou très souvent de l’angoisse, de l’anxiété ou de la dépression. Qui sont-ils ? Quelles sont les sources de leurs souffrances ? Qu’en pensent les professionnels de la santé ?
    Consultez l’enquête
  • Le Thermomètre 2 “Le travail et le stress : si on attaquait le mal à la racine ?" menée en décembre 2012 révélait qu’un travailleur (salarié ou indépendant) sur trois souffrait au travail d’un stress élevé voire très élevé. Qui sont les travailleurs touchés par le stress au travail ? Quels en sont les facteurs ? Comment gèrent-ils leur stress ? Comment mieux les accompagner ?
    Consultez l’enquête