Pro Santé

EDITO : Le rôle essentiel des interlocuteurs sociaux (21/04/2015)

​Le 18 avril 2015, la journée européenne des droits des patients fut l’occasion de rappeler une série de droits et devoirs tant pour les patients que pour les prestataires de soins. Un constat positif a émergé : chez Solidaris, de plus en plus d’affiliés sont davantage informés et font valoir leur droits. Mais la vigilance reste de mise face aux menaces actuelles proférées contre le système de protection sociale.

Depuis que Solidaris mène une large campagne d’information auprès des patients et des prestataires de soins, une augmentation des plaintes a été détectée. Au sein du service gratuit d’informations/conseils et d’assistance juridique de Solidaris  « Jurimut », 686 dossiers sont actuellement ouverts. A la fin 2013, nous en comptions 175 de moins.

Cette augmentation s’explique par le fait que les citoyens sont de plus en plus informés sur leurs droits et la santé en général. L’amélioration de l’information des patients doit relever des missions prioritaires des mutualités.

Une bonne information est en effet déterminante pour la santé. Plus un patient dispose d’informations de qualité et compréhensibles, plus il a la capacité d’être un véritable acteur dans son traitement médical. Ainsi, à titre d’exemple, il apparaît que les patients considérés comme « bien informés » ont une tendance à mieux suivre le traitement qui leur a été prescrit.

A l’heure où la NV-A menace sans détours l’existence des mutuelles, il est plus important que jamais de réaffirmer le rôle des interlocuteurs sociaux. Ces derniers sont souvent écartés de la concertation voire attaqués. C’est pourquoi, jour après jour, nos équipes redoublent d’efforts afin que les informations sur les droits des patients et sur la santé en général soient partagés. Il est inacceptable que pour des raisons économiques ou purement politiques, la santé des patients soit mise en danger.

Par ailleurs, de nombreux défis comme la lutte contre l’obésité, le vieillissement de la population ou encore l’augmentation des problèmes de santé mentale nous sont lancés à tous, il est important de transmettre au plus grand nombre des informations utiles. C’est aussi une occasion de repenser les différentes réglementations en vigueur pour les rendre plus simples et plus adaptées à la réalité de la vie des citoyens.

C’est par là aussi que passe la capacité d'institutions telles que les mutualités de demeurer un moteur d’avancées sociales. Chez Solidaris, notre ambition est bien celle-là.


Michel Jadot, Président de Solidaris, et Jean-Pascal Labille, Secrétaire général de Solidaris.