Province de Luxembourg

Choix de région

Le dépistage du cancer du col de l'utérus

​Actuellement deux moyens d’action permettent de prévenir un cancer du col de l’utérus : le dépistage, souvent appelé frottis, et la vaccination.  
 
Le dépistage

Le dépistage, ou frottis, se fait lors d'un examen gynécologique. Il permet d’identifier les modifications des cellules du col, et de trouver des anomalies éventuelles avant qu’elles n’évoluent en cancer ou au tout début de celui-ci. Un traitement local permet alors d’arrêter l’évolution de ces anomalies.

Selon la Fédération Wallonie-Bruxelles, il est recommandé d’effectuer un frottis tous les trois ans, pour toutes les femmes entre 25 et 65 ans : même si vous êtes vaccinée contre le HPV ou après la ménopause, vous êtes concernée. Le dépistage doit être pratiqué même si aucun signe anormal n’a été constaté. Avant 25 ans, il est conseillé d’en parler au médecin dans les trois ans qui suivent le premier rapport sexuel.

Tous les 3 ans, c'est suffisant

Depuis le 1er mars 2013, le frottis vaginal de dépistage est remboursé une fois tous les trois ans au lieu de tous les deux ans. Un intervalle de trois ans entre chaque frottis de dépistage est un délai jugé suffisant pour détecter la maladie à un stade précoce. Si le frottis précédent a démontré des anomalies, un remboursement spécifique est prévu pour deux frottis de suivi par année civile jusqu'à la disparition de toute anomalie ou lésion. 

Le vaccin

Actuellement les vaccins protègent contre les deux virus HPV les plus souvent responsables de cancer du col, mais pas contre tous les virus qui peuvent le provoquer. Même si on est vaccinée contre le HPV, il faut faire un dépistage tous les trois ans.

La Fédération Wallonie-Bruxelles propose le vaccin gratuit pour les jeunes filles âgées de 13 à 14 ans. A cet âge, la vaccination peut se faire, selon le choix des parents, soit par le médecin traitant, soit par le médecin scolaire. C’est le médecin qui commande directement le vaccin.

L’Assurance-maladie participe également au remboursement du vaccin pour les jeunes filles de 12 à 18 ans. Pour bénéficier d’un remboursement auprès de sa mutualité et pour se procurer le vaccin à la pharmacie, une prescription préalable du médecin est nécessaire.

Solidaris-Mutualité Socialiste intervient dans le remboursement des vaccins.
 

Voir aussi