Province de Namur

Choix de région

Une accessibilité financière renforcée pour les patients atteints d’une affection chronique.

Bruxelles, le 8 juillet 2013. Le Comité de l’assurance a approuvé ce lundi un statut spécifique pour les malades chroniques.

Grâce à ce statut, ces patients bénéficieront d’un remboursement plus rapide de leurs tickets modérateurs via le Maximum à facturer (Màf), et auront accès au tiers-payant social.

 «L’approbation par le Comité de l’assurance du projet d’arrêté exécutant une mesure importante du Plan malades chroniques de la Ministre Onkelinx est une bonne nouvelle pour des patients qui doivent supporter des dépenses de soins de santé importantes, en particulier en ces temps de crise » s’est réjoui Alain Thirion, Secrétaire général ff de la Mutualité Socialiste – Solidaris.

Dans le cadre du plan « Priorité aux malades chroniques », la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Laurette Onkelinx, a proposé de créer un statut pour les personnes atteintes d’une affection chronique.

Le Comité de l’assurance – où siègent les Mutualités et les prestataires de soins – a approuvé ce lundi 8 juillet un projet d’arrêté royal exécutant cette disposition.

La reconnaissance de ce statut – qui concerne quelque 840.000 Belges - va permettre à ces patients de bénéficier automatiquement de certains droits.

Dans un premier temps, les patients avec ce statut bénéficieront d’un remboursement plus rapide de leurs tickets modérateurs via le MàF (environ 125.000 familles seront concernées dans le courant du premier trimestre 2014) mais auront aussi accès au système du tiers-payant social grâce auquel le patient ne doit pas avancer les frais liés à ses prestations de santé.

Le statut sera ouvert automatiquement par la mutualité sur base d’un critère financier (dépenses en soins de santé supérieures à 300 € par trimestre, pendant 8 trimestres consécutifs) ou sur base du bénéfice du forfait soins malade chronique ou encore sur base d’une attestation rédigée par un médecin spécialiste certifiant que le bénéficiaire souffre d’une maladie rare ou orpheline.

« Ce statut va permettre aux malades chroniques de bénéficier automatiquement des mécanismes existants en matière d’accessibilité financière aux soins, comme le MàF ou le tiers-payant social. C’est essentiel, car nous savons que 75% des coûts des soins de santé se concentrent sur 15% de la population composée de malades chroniques et de personnes âgées » relève Alain Thirion.