Province de Namur

Choix de région

Les méthodes utilisées

Il existe deux méthodes d’avortement : la méthode médicamenteuse et la méthode par aspiration.
Elles varient en fonction du nombre de semaines de grossesse, de contre-indications médicales
éventuelles et de l’équipement dont dispose l’établissement où l’IVG est pratiquée.

La méthode médicamenteuse (ou pilule abortive)

Cette méthode, qui provoque l'expulsion de l'embryon, est pratiquée jusqu'à 7 semaines de grossesse. Elle s'adresse donc aux femmes qui connaissent rapidement leur état de grossesse et sont assez vites certaines de vouloir l'interrompre.

Il s’agit d’une méthode non chirurgicale assimilée à une fausse couche.

Elle se pratique en deux étapes :

  1. Pour arrêter l’évolution de la grossesse, la femme prend un médicament en présence du médecin, la "Mifépristone", un médicament qui stoppe le développement de l’embryon.
  2. Elle doit revenir 36 à 48 heures plus tard. Cette fois, on lui administre une substance qui provoque des contractions dans l’utérus et déclenche l’expulsion par les voies naturelles. Il faut savoir que l’expulsion peut survenir plus tard, le soir ou le lendemain; elle ne se déroulera donc pas forcément au centre.


Il ne faut surtout pas confondre la pilule du lendemain avec la pilule abortive  :

La pilule du lendemain retarde l’ovulation et empêche la rencontre entre le sperme et l’ovule. En aucun cas, elle n’interrompt une grossesse. Il s’agit d’une contraception d’urgence à utiliser le plus vite possible (dans les 72 heures) après un rapport sexuel sans protection pour éviter une éventuelle grossesse. Elle ne doit pas servir de moyen contraceptif régulier, n’ayant pas été conçue pour cela ! La pilule du lendemain est en vente libre dans les pharmacies et quasi gratuite jusqu’à21 ans (moins d’1€), sur présentation d’une prescription médicale et de la carte e-ID.

La méthode chirurgicale ou par aspiration
 
Cette méthode est pratiquée sous anesthésie locale du col de l'utérus. Le médecin y introduit une sonde qui aspire le contenu de la cavité utérine. Un avortement par aspiration dure environ 1 à 2 heures. L'intervention en elle-même (anesthésie, dilatation du col et aspiration) prend 15 à 20 minutes. S'y ajoutent une prémédication ainsi qu'une période de repos dans le centre.
 
Dans certains cas, lorsque l'état de la patiente le demande, l'avortement par aspiration se pratique sous anesthésie générale. Dans ce cas, l'avortement ne peut pas être pratiqué dans un centre de planning mais doit avoir lieu à l'hôpital. Ce type d'intervention coûte sensiblement plus cher puisqu'il y a alors une véritable hospitalisation.

Est-ce qu'une IVG fait mal ?

Le seuil de douleur varie d’une femme à l’autre. Pour l’une, l’avortement aura le même effet qu’un pincement, chez l’autre la douleur ressemblera à des spasmes aigus. Beaucoup de femmes disent que les crampes liées à l’avortement ressemblent à celles des règles. Les médecins sont attentifs à la douleur, et font tout pour essayer d’y remédier (antidouleur, relaxant,…).

Voir aussi