Campagne interdite par décision judiciaire.
Solidaris va faire appel: la liberté d'expression de toute la société civile est en jeu !



Une semaine jour pour jour après le lancement de notre campagne vidéo, Bachi (l'association belge qui regroupe les entreprises de l'industrie des médicaments en vente libre) a obtenu du tribunal de commerce la cessation provisoire de nos diffusions. C’est dire si Solidaris a appuyé sur un point qui fait mal en s’attaquant à la stratégie marketing des firmes pharmaceutiques. C’était en juin 2018 et seule la vidéo « Instant magique » avait déjà été diffusée.

Fin novembre, le tribunal de l’entreprise a estimé que nous allions trop loin dans la caricature, et a donné gain de cause à Bachi (voir notre communiqué de presse). 

Solidaris a décidé de faire appel. En effet, l’enjeu est de taille : cette décision défavorable va nous museler dans nos futures actions d’information. Mais aussi, par extension, empêcher d’autres acteurs de la société civile (ONG, associations de consommateurs, etc.) d’informer le public par le moyen (pourtant efficace) de la parodie ou de la caricature.

Par cette décision, le tribunal confirme le rôle de « chien de garde de la démocratie » de Solidaris dans le domaine de la santé publique, mais lui met une sacrée muselière !
Notre pétition
Pour Solidaris, la publicité pour les médicaments devrait être interdite​ ​parce que ce ne sont pas des produits comme les autres.
​Malheureusement ce n’est pas le cas : les firmes pharmaceutiques ont l’autorisation de diffuser des pubs pour les médicaments ! ​


​​​​